« Nos baisers » – poème de Clementia

Nos baisers

  kissing-1320767_1280

Aux premiers jours de notre amour

Nos baisers s’envolaient

De ton cœur à mon cœur

Et de mon cœur au tien

Et la magie d’un téléphone

Nous rapprochait à toute heure

Abolissant la distance

Entre nos deux villes

La nuit venue c’est un nuage de douceur

Qui nous unissait au pays des rêves

Tu es venu vivre avec moi

Et l’échange de nos serments

« Pour le meilleur et pour le pire »

Fut scellé par l’anneau nuptial

Que nous portâmes tous deux au doigt

Nos baisers du petit matin

Et les au-revoir de la main

T’accompagnaient sur le chemin

Et pendant que tu travaillais

Tu téléphonais dans la journée

Les baisers se sont peu à peu espacés

Tu partais quand je dormais encore

Et à mon lever je trouvais

Tes bisous virtuels et tes « coucou »

Qui m’attendaient sur la Toile

Au milieu des bisous et des câlins

Que tu échangeais avec tant d’autres amies

Tes amies virtuelles parmi lesquelles

Je ne me sentais pas à ma place

Les baisers d’antan se sont transformés

En bisous d’évitements effleurés

Le meilleur semble devenu le pire

Quand l’un des deux ne porte plus

L’anneau nuptial d’engagement

Au soir de nos vies retrouverons-nous

Les baisers doux des amants romantiques

Reviendront-ils en tendres baisers des vieux mariés ?

© Clementia

8 juillet 2010 – 20 avril 2016

« Au jour de mon départ » – poème de Clementia

Au jour de mon départ

A01

Au jour de mon départ

Surtout ne pleurez pas

Car des torrents de larmes

Ne sauraient effacer

Les jours, les mois, les ans

Où vous me manquiez tant

C’était de mon vivant

Que je vous attendais

Quand vos vies occupées

Des fiertés mal placées

Non-dits et fâcheries

Vous éloignaient de moi

Je ne serai plus là

Et vous ne saurez pas

Combien vous me manquiez

Quand je vous espérais

Ces jours, ces mois, ces ans

Où vous me délaissiez

Au jour de mon départ

Surtout ne pleurez pas

Le temps aura passé

Et il sera trop tard

On ne peut rattraper

Les occasions manquées

© Clementia

18/04/2016