Un poème de Clementia : sur la chanson de Prévert

Sur la Chanson de Prévert

(ces paroles peuvent être chantées sur la mélodie de la "Chanson de Prévert" composée par Serge Gainsbourg)

 

 

Je me souviens avec tristesse

De quelques instants de tendresse

Dans la forêt qui fut magique

Mes pas se font mélancoliques

 

Car maintenant les feuilles mortes

Sont seules à me susurrer

Que sans toi plus rien ne m’importe

Depuis que tu m’as délaissée

 

Moi qui voulais tant t’offrir ma vie

Etre toujours à tes côtés

Je dois juste être ton amie

Simplement bonne à t’écouter

 

Et sous mes pas les feuilles mortes

C’est mon cœur que tu as foulé

Et sans toi plus rien ne m’importe

Toujours seule je resterai

 

Mais pourtant quand même j’espère

Qu’un beau jour enfin tu comprennes

Que sans moi tu ne peux rien faire

Et que pour toujours je suis tienne

 

Alors enfin les feuilles mortes

Seront remplacées par des fleurs

Lorsque tu m’ouvriras ta porte

M’offrant désormais le bonheur

 

 

© Clementia

20 octobre 2006

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s