Un poème de Clementia : Fascinations

Fascinations
  
 
Quand je suis à ma fenêtre ouverte
Dans la grisaille de ma cité
Le sol, quelques étages plus bas,
M’attire et m’appelle :
« Saute, rejoins-moi !
Eu auras-tu le courage ?
En auras-tu la force ? »…
Il me faut alors reculer,
Résister à l’envie
De plonger,
De partir
Pour tout quitter…
 
Alors que je roule en voiture
Sur ce trajet jadis tant aimé
L’arbre, dans le virage,
M’attire et m’appelle :
« Accélère ! Viens dans mes bras !
Tu ne sentiras rien
Et tu seras si bien ! »…
Il me faut cligner des yeux,
Résister à la fascination
Qui m’habite
Et m’invite
A tout oublier…
 
Et tous les alcools capiteux alignés
S’offrant dans de belles flasques
Sur les rayons des magasins
M’attirent et m’appellent :
« Prends-nous ! Nous t’offrons l’ivresse !
L’irréalité, l’oubli,
Le paradis… »
Il me faut détourner les yeux,
Résister à la soif
Au besoin d’oublier
A l’envie de fuir
Et d’en finir…
 
Et tous les poisons offerts partout
Plantes ou cachets,
Produits ménagers,
M’attirent et m’appellent :
« Tu devrais nous essayer,
Nous goûter, pour voir,
Pour savoir, et aller mieux… »
Il me faut penser à autre chose,
Résister à l’envie
De paradis artificiels
Qui offrent un autre ciel
Ou un oubli…
 
Et le train que j’entends là-bas
Guidant tous les voyageurs
Vers des pays enchantés,
Mystérieux m’appelle :
« Approche-toi de ma voie,
Allonge-toi, repose-toi,
Je t’aiderai… »
Il me faut alors vite le fuir,
Loin de sa voie,
Loin de sa voix,
Fuir l’envie de partir,
Vers d’autres lieux …
 
Le lac profond me tend ses bras,
J’entends des murmures si doux
Sirènes ou Léviathans
Qui m’envoûtent et m’appellent :
« Viens, rejoins-nous…
L’onde profonde
Lavera tes larmes,
Tu iras mieux
Dans notre royaume… »
Je n’ai plus la force de résister,
Je suis lasse,
Je veux m’approcher de l’eau
Me laisser couler dans les flots
Pour m’en aller…
 
Mais voila mon ange gardien
Qui repousse les monstres trop fascinants,
Puis me retient dans ses bras protecteurs
Me réconfortant d’un souffle affectueux :
« Qu’allais-tu faire ? L’irréparable…
Garde confiance,
La vie est un combat,
Mais tu n’es pas seule :
Avec moi tu en triompheras ! »
 
17 mars 2006
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s