Un poème de Clementia : De l’églantine à la rose

De l’églantine à la rose

Jadis, j’avais un seul ami,

Le seul qui savait m’écouter,

Etre là, me réconforter…

C’était celui qui triompha

Du mal par sa mort sur la croix

Dans ma solitude infinie

J’allais déjà me ressourcer

Dans les ombrages des forêts

Dans la douceur de la verdure

Et les beautés de la nature

 

 

Un jour où je passais

Tout près de l’églantier

En douces fleurs rosées

Il m’offrit ses baisers

Alors je lui parlai

Et je lui confiai

Mes peines, mes soucis

Mon besoin d’un ami,

Mais aussi mon désir

D’aider et de servir.

 

 

Réconfortant, il m’offrit sa beauté,

De ses clairs pétales l’opalescence,

De son parfum la suave innocence,

La caresse satin de sa candeur

Et, du soleil émanant de son cœur,

Je le sentis près de moi chuchoter :

Chasse cette tristesse de ton cœur

Bientôt, sur ton chemin, tu vas trouver

Des vrais amis, des frères et des sœurs

Servant l’idéal dont tu as rêvé.

 

 

Alors, je m’en fus apaisée,

Vivifiée par la rosée

De cette belle promesse,

Je délaissai toute tristesse.

 

 

Après quelques années,

C’est une rose que j’ai trouvée,

Posée au centre de la croix.

Elle guida mes pas vers le portail

Où je trouvai les frères et les sœurs

Que m’avait promis l’églantine.

 

 
 

© Clementia

10/04 – 06/10/2005

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s