Complémentarité

Complémentarité


Comme ce lierre grimpe sur le tronc de l’arbre
Ainsi mes mains enfiévrées exploraient ton corps
Comme le serpent entoure la branche
Ainsi tes bras puissants et doux m’étreignaient
Quand nos deux âmes s’enlaçaient
Quand nos cœurs semblables se trouvaient
Quand nos corps se prenaient
S’offrant et se donnant l’un à l’autre
Dans une ardente embrassade
Et la chaleur de nos lèvres
Comme le lichen à l’arbre s’agrippait
Ainsi nos deux corps éperdus s’imbriquaient
Les deux moitiés d’orange
S’étaient enfin trouvées

Nous sommes le yin et le yang
Nous ne sommes rien l’un sans l’autre

Clementia

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s